[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive] Antoine Demol, faire-part de son décès

Un article publié dans Le Soir

Mort d'Antoine Demol,
notre confrère le plus Bruxellissime

Bruxelles a perdu un de ses conservateurs, au sens noble de ce mot.  Chantre des traditions folkloriques et de leurs ferveurs populaires, Antoine Demol, journaliste au «Laatste Nieuws», est décédé mardi à l'âge de 65 ans.

Entré au «Laatste Nieuws» le 4 septembre 1944, lendemain de la libération de «sa» ville, ce charmant confrère avait choisi de ne pas se borner à l'écrire; il l'animait aussi en se dépensant dans des ordres, confréries et «chochetés», veillant soigneusement sur notre terroir, préservant la cité de la déshumanisation, mais imaginant aussi infatigablement des relances nouvelles.

Antoine était une information à lui tout seul, et d'aucuns avaient du mal, parfois, à déterminer si, au gré des conférences de presse, il était là pour faire l'événement ou pour le présenter à ses lecteurs.

Chez notre ami Antoine (ici, avec l'Esmeralda 1986),
l'amour des vieux Bruxellois
n'était pas incompatible avec celui des voyages au fils du vent ou forains de toutes origines.
(Photo: J. HEYLEMAN)

De l'Esmeralda de ses grands amis les forains à ses réhabilitations de ses potes les Gitans, des rituels de la Confrérie des Chevaliers de Saint-Michel, sous les lambris de l'Hôtel de Ville, à l'érection du Meyboom, des allégeances périodiques au petit dieu de la rue de l'Etuve, à la protection d'un autre «grand» bonhomme, Woltje-Toone... Antoine, dynamique, nerveux mais souriant, était un maître de cérémonie loquace, que ne pouvaient apprécier pleinement que céux qui ont aussi les fibres en vert... et rouge, mais qui, jamais à court d'une anecdote ou d'un potin, savait mettre à l'aise le confrère députant ou passionner encore celui qui croyait en savoir long sur l'un des sujets chers à notre ami.

Plume altière au chapeau, Toon Demol l'avait aussi à la main, sur les bancs de la presse au conseil communal.  Pendant des années, il y prit des notes absolument et rigoureusement illisibles... sauf pour lui, grattées parfois sur un coin d'enveloppe.  Je garde tout, disait-il, ajoutant malicieusement comme ça je conserve toutes les preuves de ce que j'écris !

Une des ultimes joies d'Antoine Demol, frappé d'un mal inexorable, aura été de se voir décerner par un récent conseil communal la médaille de la Ville de Bruxelles.  D'aucuns assurent que Manneken-Pis a interrompu son geste multiséculaire pour essuyer une larme...

Les funérailles d'Antoine Demol auront lieu lundi, à Jette, à 11 heures, en l'église Saint-Pierre.

Faire-part de son décès
Een interview in Brussel Deze Week van 9 augustus 1989

[an error occurred while processing this directive]


La plus récente mise-à-jour: 13 October 2017

[an error occurred while processing this directive]