Eeklo: la capitale de notre Meetjesland
Les villes et village du Meetjesland en Flandre, Belgique This page in English   Deze blz in het Nederlands

L'histoire d'Eeklo en bref

 St.-Laureins Kaprijke Lembeke Adegem Oostwinkel Waarschoot Ronsele Ursel
Click on the image below to see a larger copy of it. 
Partie d

Partie d'une carte de 1973

Eeklo (ou Eecloo avant plusieurs modifications officielles de l'orthographe) signifie l'endroit des chênes.  Eeklo, la capitale de notre Meetjesland, était au Moyen Age une cité ouverte: il n'y avait pas de remparts ce qui veut dire que la ville était fréquemment attaquée et pillée par des armées, des bandes de rebelles et autres hors-la-loi.

La Grand'Place d'Eeklo Le centre actuel d'Eeklo:
l'hôtel de ville avec derrière lui l'église.
Tout est tranquille sur la Grand'Place
ce dimanche soir 12 mai 2002.

En 1348 la peste fait son apparition en Europe.  Cela a commencé au port de Sluis, à peine 25 km d'Eeklo et bientôt tout le pays a été infecté.  Les gens partout étaient paniqués et les églises ne désemplissaient plus: partout on priait, on faisait carême pour l'expiation de ses péchés et pour être épargné.  D'autres allaient plus loin: ils se flagellaient en public.  Nombreux étaient les Flamands qui se joignaient au mouvement des Flagellants.  Torse nu, armés d'un fouet et chantant des cantiques ils allaient en procession d'une ville à l'autre.  Ils croyaient que grâce à cette pratique de flagellation ils expieraient leurs péchés et seraient acceptés au Royaume des Cieux.  On dit que 52 Eeklonaars ont pris part à un de ces pèlerinages à Tournai.  Avec la fin de la peste la majorité des flagellants ont vite perdu leur enthousiasme; le mouvement a finalement été déclaré hérétique et l'abbé de St. Bavon de Gand reçut instructions d'éliminer la secte.

Au début du 15ème siècle la Cité Liberté et Charte ("de Stede Vryhede ende Keure") d'Eeklo avait une industrie de tissu très florissante et la ville prospérait.  Les tissus d'Eeklo étaient renommés jusqu'en Allemagne.  Grâce à cette prospérité le conseil communal pouvait moderniser la ville et subventionner l'éducation.  Les guildes reprenaient vie.  Mais le résultat de corruption, gaspillage et discorde était comme toujours le déclin.

La maison de la Ferme HuysmansA cause de la révolte de Gand contre Philippe le Bon de 1451 à 1453 les temps étaient durs aussi pour Eeklo et son église.  Celle-ci avait à peine été construite en 1520 que sa tour fut détruite par un incendie.  Pendant les troubles religieux et pendant la Guerre de Quatre-vingts Ans (1568-1648) l'église n'a pas été épargnée entre autres par les gueux Calvinistes.  Le mot gueux voulait dire mendiant. Juste un exemple d'insultes qui sont devenues autant de titres de noblesse (les "Primitifs" flamands est un autre exemple d'une insulte dont nous sommes particulièrement fiers.)  Certains historiens vous raconteront que cette guerre avait été faite pour libérer la Hollande protestante de l'Espagne catholique.  D'autres diront que c'était pour remettre les hollandais sur le droit chemin catholique.  Quoi qu'il en soit les Meetjeslanders ne voulaient pas plus des protestants que des espagnols.

Le 25 juillet 1578 les statues et beaucoup d'autres ornements de l'église d'Eeklo ont été vandalisés.  En 1583 une bonne partie de l'église a été une fois de plus détruite par le feu et ces dégâts n'ont pas été réparés avant 1612.  Pendant l'hiver de 1613-14 des soldats irlandais ont utilisé l'église comme caserne.

Maison de ferme dans la Peperstraat   Maison de ferme
dans la Peperstraat (Peper = poivre)
sur la route pour Bentille.

Hélas, cette vieille maison a été démolie
tout comme la belle grange derrière elle.

Quand la famille de Matthias Noë (B I) est arrivée à Eeklo la Guerre des Quatre-Vingts Ans (1568-1648) touchait à sa fin et la ville était dans un état déplorable.  L'industrie de tissu avait complètement disparu et tout ce qu'on essayait pour la faire revivre restait sans résultat: les entrepreneurs et les meilleurs tisserands étaient partis pour le Nord protestant.

Il n'y avait pas que le passage des troupes de tous genres mais les habitants appauvris souffraient aussi des épidémies comme la peste, le typhus, la vérole et tutti quanti.  En 1693-94 la mortalité infantile s'élevait à entre 30 et 50% de la mortalité totale et en 1783 ceci était toujours d'actualité.

Inutile de dire que les mendiants étaient nombreux à Eeklo et qu'industrie et commerce stagnaient dans une profonde dépression surtout quand les soldats français et hollandais pillaient tour à tour la ville.  La richesse est créée par des investissements judicieux.  (Investir c’est semer aujourd'hui dans l'espoir de  moissonner dans un avenir plus ou moins proche.  Mais comment voulez-vous si la semence a été volée ? A quoi bon semer si la moisson sera à coup sûr volée ?  Est-ce ceci qu'on voit encore aujourd'hui dans de nombreux pays... africains par exemple ?  Et la partie de plus en plus énorme de nos revenus qui est volée par nos gouvernements, pourrait-ce être cela qui décourage les entrepreneurs d'investir dans notre pays ?)

Petrus Noë (B IV a) qui s'établit à Eeklo en 1744 était né moins d'un an après l'Impératrice Marie Thérèse d'Autriche (Vienne, 13/5/1717 - Vienne, 29/11/1780) et il a vécu pendant tout son règne.  En 1718 la famine ravageait toute l'Europe et le gel tuait la volaille et les végétaux y compris les arbres fruitiers jusqu'à la côte méditerranéenne.

A Eeklo comme partout pendant la période autrichienne l'économie reprenait petit à petit.  Le lin et l'industrie de la toile reprenaient également, pas le commerce de la laine.  Tout l'espoir était dans l'agriculture.  On reconstruisait les fermes en ruine, reprenait l'entretien des bois et remettait en culture les terres en jachère depuis de nombreuses années.  Les marchés de grains renaissaient et plus de commerce signifiait également plus de taxes pour la trésorerie de la ville.  Le conseil de la ville se montrait compétent et rejetait tout projet de prestige et grâce aussi à cela Eeklo revivait même si l'âge d'or était passé.

Pendant cette période Eeklo est devenue également un centre d'éducation grâce aux efforts des Récollets.

L'église d'Eeklo était dans un état lamentable: les signes de la destruction par les Calvinistes cent ans plus tôt étaient toujours visibles partout.  Autour de 1775 l'édifice était toujours ouvert au public même s'il était vieux et affaibli.  Mais encore cent ans se sont écoulés avant la construction d'une nouvelle église.

Et nous voici en l'an 1793, pendant la Révolution française quand les terroristes eux-mêmes avaient pris le contrôle du pays.  En janvier le roi Louis XVI a été guillotiné.  La reine Marie-Antoinette est morte de la même façon en octobre comme beaucoup d'autres avant et après elle.

Le 10 juillet 1794 une armée française a envahi Eeklo pour piller la ville.  Ils ont tout pris y compris grain, bétail et chevaux.  Et quand il n'y avait pratiquement plus rien à voler la république a imposé des taxes exorbitantes.

La grande grange de la Ferme HuysmansLe 1 octobre 1795 nos régions étaient officiellement incorporées dans la République Française.  Bientôt Napoléon prit le pouvoir et il décrétait qu'Eeklo ferait partie du département de l'Escaut et que la ville serait la capitale d'un arrondissement.  Un tribunal y était installé.

Le niveau de vie des habitants ne pouvait que s'améliorer mais la chute de la dictature de Napoléon à Waterloo en 1815 a mis fin à cette amélioration.  Notre pays a ensuite fait partie des Pays-Bas de Guillaume Ier d'Orange.  Et notre peuple a été exclu des marchés français.

En 1866 il y avait 5895 illettrés sur une population de 9544. Ces chiffres sont peut-être trompeurs parce qu'on a peut-être compté les bébés parmi ces illettrés.  Des 491 nouvelles recrues de l'armée 241 seulement avaient reçu de l'enseignement.  Sans doute parmi ces 241 nombreux étaient ceux qui savaient à peine écrire leur nom. ("De Familie De Crop", C. De Crop, dans "De Eik" (La Chêne), 1984, p. 110)

Eeklo est la ville des célèbres "Recuiseurs".  D'après la légende il fut un temps où l'on venait à Eeklo pour se faire recuire la tête si l'on n'aimait pas sa forme, son look ou son contenu.  Le recuiseur coupait la tête et la remplaçait par un chou pour le temps de la cuisson.  La tête était enduite d'une préparation dont ils avaient le secret et la tête était passée au four.
Un grand pourcentage d'Eeklonaars considèrent qu'ils sont plus beaux et plus intelligents que les autres.  Est-ce qu'on recuit maintenant encore des têtes à Eeklo ?

Depuis la nuit des temps, tous les jeudi matins le marché à Eeklo attire beaucoup de monde.  Un document trouvé dans les archives de la ville mentionne un certain Heindrik Ketelboere qui devait payer une taxe à la ville pour chaque cochon qu'il vendait au marché d'Eeklo.  C'était en 1403.  A l'âge d'or du marché chaque jeudi on amenait 2.000 cochons au marché.  Le grognement de ces cochons commençait déjà à 2 heures du matin.  En 1975 ce marché de cochons a été installé à l'abattoir.  Mais en fait on y vendait de moins en moins de bêtes.  Peu importe !  Le reste du marché se porte fort bien.  Chaque jeudi, sans faute !

Eeklo a vu naître quelques célébrités comme les peintres Jozef Geirnaert, Serafien De Vliegher, Antoon Depoorter et Jacques Louis Godinau.

Dans le périodique "Ons Meetjesland" (Notre Meetjesland), N° 2, 1978 il y a un long article sur Vincent Reychler écrit par W. Hamerlynck.  Et ce qui suit concernant Vincent Reychler a été traduit de cet article.  Vers l'année 1880 est apparue la "Savety bycicle".  Cette bicyclette était révolutionnaire parce que les deux roues avaient la même taille.  Ce vélo était très populaire.  A peu près 10 ans plus tard John  Dunlop, un vétérinaire écossais a inventé le tube de caoutchouc à air comprimé.  Ce tube permettait de rouler bien plus vite.  Les courses cyclistes sont devenues vite très populaires et Vincent "Sente" Reychler était parmi les meilleurs.  Il est né à Eeklo le 14 juin 1890, fils de Felix Reychler et Judith Vander Zwalm.

Il a pris part pour la première fois à une course cycliste en 1908 et il en a gagné beaucoup.  Le 22 avril 1914 il s'est marié à Eeklo avec Hortence Cortvriendt qui y était née le 1 juin 1891.  Elle était la fille de Petrus Cortvriendt et de Mathilde  D'havé.  Ils avaient un commerce de bicyclettes au Boelare à Eeklo.  Quand la Première Guerre Mondiale a éclaté on se préoccupait d'autres choses.  Mais de toute façon à cette époque on ne devenait pas riche grâce aux courses cyclistes ou autres sports.  Nous ne savons pas si Victor a participé à l'une ou l'autre course cycliste après les quatre années d'inactivité pendant cette Grande Guerre.

En 1920 il est parti avec sa femme et sa fille Alice, née en 1916, pour Butte, Montana aux Etats-Unis.  Le pays de l'Oncle Sam ne voulait pas de la bicyclette et Vincent s'est mis à chasser et pêcher.  Il est décédé à Butte le 17 novembre 1970 et sa femme Hortence est décédée le 1 mai 1977.  Qu'est devenue sa fille, nous nous le demandons.

Il y a aussi les frères Eric et Roger De Vlaeminck.  Eric est né le 23 août 1945.  Il a été sept fois champion du monde cycliste, ce qui est un record absolu.  Il a aussi été quatre fois champion de Belgique.

Mais son frère Roger De Vlaeminck, né à Eeklo le 24 août 1947 a été un des plus grands cyclistes professionnels de l'histoire de ce sport.  Par exemple il a pris part à la course Paris-Roubaix quatorze fois pour gagner cette course quatre fois et pour toujours arriver parmi les sept premiers.

Mais le plus célèbre fils d'Eeklo était le poète Karel Lodewijk (Charles Louis) Ledeganck.

Ledeganck est le plus célèbre Eeklonaar mais cela pourrait changer.  La rumeur persiste disant que Charles Quint serait en fait né à Eeklo.  Romano Tondat a voulu confirmer ou infirmer ces rumeurs et il a peut-être découvert quelque chose dans les comptes de la ville d'Eeklo: un certain Monsieur Vincent Zoetaert a apporté la grande nouvelle de la naissance du fils de Jeanne la Folle, reine de Castille.  Il y a des dépenses pour le bois pour un alimenter un énorme feu à la Grand-Place d'Eeklo (et pour le transport de ce bois Willem Stevins a reçu 6 shillings, deux fois plus que pour une journée de travail ordinaire); il y a les dépenses pour un tronc d'arbre, le support pour tout ce bois, 24 shillings pour les 4 personnes qui ont nourri ce feu; 30 shillings pour les sonneurs de cloche (pour une journée ou plus ?); 12 shillings pour les musiciens; de l'argent pour les bougies et les torches pour la réception à l'Hôtel de Ville et de la monnaie que le bourgmestre lançait aux foules.  D'après Monsieur Tondat il y a beaucoup plus de preuves que quelque chose de vraiment exceptionnel s'est passé le 22 février 1500 ou le jour avant et qu'à Eeklo tout le monde était au courant.  La future mère avait peut-être quitté Bruges parce qu'il était tout à fait inconcevable que le futur roi naisse dans la ville où son grand-père avait été emprisonné.  La petite ville d'Eeklo, insignifiante à cette époque avec ses 2500 habitants, était tout aussi inacceptable.  Dès que la jeune mère a été en mesure de voyager toute la cour a regagné Gand.  Et la grande nouvelle a été annoncée.  (Et le même jour à Bruges aussi !).  Ensuite Eeklo a reçu des privilèges extraordinaires.  En récompense pour le silence ?

Un beau jour plus de preuves seront découvertes dans d'autres archives et les historiens partout devront corriger les livres d'histoire et Eeklo sera estimé comme il se doit.  Prof. Dr. Jan Roegiers de l'Université Catholique de Louvain est parmi les premiers historiens à démarrer ce processus.

Eeklo est jumelé avec Bagnols sur Cèze, une charmante ville dans le département Gard au sud de la France.  Voici la raison pour laquelle nous avons ici ce texte en français.
En fait les sept villes Européennes, Eeklo, Bagnols, Newbury (Berkshire, Royaume Uni), Braunfels (Hesse en Allemagne), Carcaixent (Espagne), Feltre (Veneto en Italie) et Kiskunfelegyhaza (Hongrie) sont jumelées ensemble.  En 2011 Eeklo a reçu les six autres.  Voici quelques photos du 15 août 2011.  Et l'année prochaine ils espèrent tous se revoir à Feltre.  Magnifique n'est-ce pas ?

En 2003 Eeklo (y compris Balgerhoeke) comptait 19.061 habitants.  Au premier jour de 2006 ils étaient 19.535.  Presque 20% sont jeunes et à peu près 20% sont à l'âge de la retraite.

Nos sources: nous remercions M. Paul Van de Woestijne pour ses données concernant Jozef Geirnaert, Serafien De Vliegher, Antoon Depoorter et Jacques Louis Godinau dans un article très intéressant intitulé "Meetjeslandse Schilders in de Memoires van J.B. Lybaert" (Peintres du Meetjesland dans les Mémoires de J.B. Lybaert) publié dans le premier volume de 2003 d'un excellent trimestriel "Heemkundige bijdragen uit het Meetjesland" (Contributions Régionales du Meetjesland); "Charles Quint né à Eeklo" par M. Romano Tondat publié par le Conseil Municipal d'Eeklo en 2000 avec contributions de Prof. Dr. Jan Roegiers, dr. René Vermeir et Johan Decaevel dr. hist.

Eeklo, c'est aussi la capitale du genièvre belge.  C'est à Eeklo qu'a été installé le Musée du Genièvre là où il y avait la Distillerie Van Hoorebeke.  Lisez ici un petit article publié en 1991 concernant la construction de ce musée avec l'aide de la Maison Fourcroy.

Le 9 septembre 2007, Journée du Patrimoine en Flandres, nous avons pu voir la Villa Aurore, maintenant Shamon Hôtel à Eeklo.  Voici quelques photos.

Un article: Eeklo, la capitale du genièvre belge
Plus de photos d'Eeklo



To the top of this page
All about Eeklo
Our MeetjeslandTable of ContentsFind something in this Meetjesland website

MijnPlatteland homepage
MijnPlatteLand.com

Most recent update :  22-04-2021
Copyright Notice (c) 2021





Aalter
Adegem
Assenede
Balgerhoeke
Bassevelde
Bellem
Belzele
Bentille
Boekhoute
Donk
Doornzele
Eeklo
Ertvelde
Evergem
Hansbeke
Kaprijke
Kerkbrugge-Langerbrugge
Kleit
Kluizen
Knesselare
Landegem
Lembeke
Lotenhulle
Lovendegem
Maldegem
Merendree
Middelburg
Nevele
Oosteeklo
Oostwinkel
Overslag
Poeke
Poesele
Rieme
Ronsele
Sleidinge
St.-Jan-in-Eremo
St.-Kruis-Winkel
St.-Laureins
St.-Margriete
St.-Maria-Aalter
Ursel
Vinderhoute
Vosselare
Waarschoot
Wachtebeke
Waterland-Oudeman
Watervliet
Wippelgem
Zelzate
Zomergem